Back to Navigation

La reconnaissance vocale

Transcription d’un balado sur la reconnaissance vocale : ce dont il s’agit et comment elle peut vous économiser du temps dans votre cabinet.

Animateurs :        PB Phil Brown, DW David Whelan

PB : Bonjour, ici Phil Brown. Je suis avec David Wheland et aujourd’hui nous allons parler de la reconnaissance vocale.

DW : La reconnaissance vocale, je pense, était un peu comme le Saint Graal pour les avocats, car elle leur donne une chance de se servir d’un de leurs outils principaux, leur voix, pour enregistrer de l’information plus rapidement qu’ils ne pourraient la taper ou l’écrire. Par contre, la reconnaissance vocale a un passé trouble et je crois que la bonne nouvelle, c’est qu’elle continue de s’améliorer, presque au point où ça semble magique lorsque tu te sers de certains appareils.

PB : Ce n’est pas la reconnaissance vocale du temps de ton grand-père.

DW : Ça, c’est sûr.

PB : Dans le bon vieux temps, tu téléchargeais un logiciel de très grande taille sur ton ordinateur et tu passais des heures à l’entrainer à reconnaitre toutes les nuances de ta voix, et il y avait certains mots qu’il n’était jamais capable de reconnaitre.

DW : C’était particulièrement difficile, je crois, parce que tu l’enregistrais d’une façon particulière. J’en ai fait une démonstration après l’avoir entrainé à reconnaitre ma voix, mais j’étais un peu stressé pendant la présentation, donc ma voix a un peu monté et toute cette configuration ne servait plus à rien parce qu’il avait été entrainé pour une voix légèrement plus grave. Donc c’était très, très délicat. Mais maintenant, quand tu allumes ton téléphone ou ton ordinateur personnel, tant que tu as le logiciel dessus, c’est vraiment remarquable à quel point la technologie s’est améliorée et reconnait la plupart des mots qu’on utilise.

PB : Comme tu as mentionné les téléphones, parlons un peu de Siri, que beaucoup de personnes connaissent peut-être. Est-ce vraiment là de la reconnaissance vocale ? 

DW : Oh, bien sûr, c’est certainement de la reconnaissance vocale et Android a des applis téléchargeables qui font le même genre de choses. Mais, je ne crois pas que la majorité des avocats penseraient à la fonction de reconnaissance vocale. Siri et les autres applis vocales sont surtout bonnes pour vous donner des indications ou répondre à une demande spécifique, parce que cette demande est incorporée à une immense base de données contenant les demandes de personnes qui ont demandé la même information ou le même genre de détail.

PB : Et, comme on l’a su récemment, il y a des personnes qui écoutent les enregistrements vocaux qui sont faits lorsque vous parlez à Siri.

DW : Exact. C’est un peu louche.

PB : Donc, il n’y a pas vraiment de confidentialité là et vous ne voudrez pas nécessairement utiliser Siri pour quoi que ce soit de délicat.

DW : On en a parlé dans un autre balado, mais il y a eu un cas récent impliquant un manufacturier de télévisions. La télévision pouvait reconnaitre les commandes vocales pour changer de poste et pour faire d’autres choses, mais toute cette information était aussi envoyée à un service de reconnaissance vocale tierce. Donc, il y a de grandes bases de données qui sont assemblées de nos jours, pour, bien sûr, aider ceux qui se servent de la reconnaissance vocale et l’améliorer pour nous tous, mais ça veut dire que les choses que vous dites dans un micro peuvent non seulement être enregistrées par vous, mais aussi emmagasinées ailleurs.

PB : Exact. Donc, il existe quelques grands joueurs et quelques logiciels plus volumineux. Je suis sûr que beaucoup ont entendu parler de Dragon Dictates, qui est offert pour un certain nombre de professions. Ils ont des versions spéciales pour les médecins et les avocats et ainsi de suite. Ça c’est vraiment amélioré depuis qu’ils ont commencé.

DW : C’est incroyable. Nuance est vraiment un mastodonte dans le domaine de la reconnaissance vocale. Je pense qu’en cours de chemin, il a absorbé beaucoup des petits joueurs et que c’est un très, très bon outil. Même dès sa sortie de l’emballage, il peut transcrire tes paroles directement sur ton écran. Mais je crois que la fonction clé, si vous pouvez l’obtenir avec votre logiciel de reconnaissance vocale, et, bien sûr, Dragon Dictates l’offre, c’est le dictionnaire juridique, car on a beaucoup de termes spécialisés qui ne sont pas transcrits correctement à moins d’avoir entrainé votre logiciel à le faire. J’ai constaté ça avec ma propre fille. Son nom s’affiche comme « Chilean » lorsqu’il est enregistré et donc, même si c’est un nom commun, il n’est pas dans la base de données et donc, lorsqu’on pense aux termes latins et aux autres termes spécialisés qui peuvent faire partie de votre domaine de spécialisation, le fait qu’ils fassent déjà partie d’un dictionnaire et qu’ils soient déjà disponibles signifie que vous êtes prêt à travailler plus rapidement dès le départ et que vous trébucherez moins souvent et n’aurez pas à regarder pendant que vous transcrivez vos paroles.

PB : Et ça peut être un outil très utile pour les téléphones intelligents. J’ai une version gratuite de Dragon Dictates sur mon iPhone et tu peux y dicter une grande quantité de texte et ensuite décider par quelle plateforme l’envoyer, que ce soit un courriel, un SMS, un message texte, ou toute autre façon par laquelle tu veux l’envoyer. Tu n’as qu’à sélectionner après avoir fait l’enregistrement.

DW : C’est remarquable de voir à quel point c’est précis. J’ai été très impressionné. Même Windows a des paramètres d’accessibilité, qui ne sont pas vraiment destinés à l’utilisateur moyen, mais la reconnaissance vocale sur Windows est très, très forte. Elle a à peine besoin d’être configurée et tu peux être prêt à commencer, encore une fois, à faire des choses de base. L’une des choses principales dont il faut se souvenir avec la reconnaissance vocale, que ce soit sur ton ordinateur ou sur ton téléphone, c’est que ça met toujours un mot, donc quand tu parles, ça ne s’arrête jamais pour te demander « Voulais-tu dire ce mot ou celui-ci ? ». À la place, il l’interprète en se disant « On dirait que tu as dit X, alors je vais mettre X. » et tu dois donc relire ce qui a été transcrit ou enregistré parce que ça peut ne pas contenir les mots auxquels tu t’attendais. C’est un peu comme le clavier sur ton téléphone, parfois tu te retrouves avec des mots inattendus.

PB : Non, c’est sûr, il faut, si c’est utilisé pour consigner, faire une bonne relecture et c’est probablement une bonne idée d’avoir, si vous n’êtes pas un très bon correcteur, une deuxième personne qui vérifie le tout pour vous assurer que vous n’envoyez pas quelque chose qui est supposé contenir un certain chiffre, mais qui est envoyé avec un autre chiffre à la place.

DW : Oui, un contrat d’un million de dollars envoyé comme s’il valait dix dollars, ça serait un problème.

PB : C’est sûr. Donc, de l’utiliser pour un règlement ou un truc du genre, je veux dire, peu importe le nombre de fois où tu l’as fait, je pense que tu voudras le relire quelques fois pour être certain que tout s’est bien passé.

DW : Ce que vous constaterez aussi avec quelques-uns des progiciels de reconnaissance vocale payants, c’est que vous pouvez utiliser un dictaphone. Donc, disons que vous êtes au volant pour aller rendre visite à un client ou pour aller en cour et que vous enregistrez sur votre dictaphone à un autre sujet, ou peu importe, vous pouvez ensuite transférer ce fichier audio lorsque vous êtes de retour à votre bureau et amorcer le processus de reconnaissance vocale pour ce fichier électronique. Vous n’avez pas à tout le temps être assis devant votre ordinateur. Vous pouvez aussi envoyer ce fichier à quelqu’un d’autre qui peut ensuite faire la reconnaissance à votre place, donc vous n’êtes pas obligé de le faire vous-même et de vous attacher à cette nouvelle technologie. Vous pouvez utiliser les outils avec lesquels vous êtes confortables et puis faire convertir ce fichier électronique pour qu’il devienne le document que vous voulez créer.

PB : Oui, et vous pouvez prendre des notes en vous servant de ces diverses applications de reconnaissance vocale, pour prendre des notes pour vous-même et vous envoyer des courriels. Vous pouvez accomplir beaucoup de travail pendant que vous conduisez, par exemple, si vous vous dictez des choses qui deviendront des courriels ou des documents plus tard. Vous pouvez certainement en dicter plusieurs en un seul fichier et puis les séparer plus tard et les envoyer dans plusieurs courriels différents si vous voulez, comme ça vous ne jouez pas avec pendant que vous êtes dans votre voiture.

DW : Souvenez-vous que lorsque vous dictez un texte sur la route ou à l’extérieur de votre bureau, votre voix peut porter, encore plus que lorsque vous avez une conversation. Vous obtenez peut-être les avantages de la reconnaissance vocale, mais si d’autres personnes reconnaissent votre voix et ce dont vous parlez, ça pourrait entrainer des conséquences embarrassantes. 

PB : Oui, ce n’est pas le genre de chose que vous voudrez faire en public et, je suppose, l’autre facteur pouvant affecter la reconnaissance vocale est le bruit ambiant.

DW : Oui, dans un café, par exemple. Ce n’est non seulement pas un bon endroit pour dicter de vive voix, mais le bruit des assiettes et d’autres choses peuvent confondre le logiciel.

PB : En effet. Donc, considérez la reconnaissance vocale. Il existe beaucoup d’options et ça peut vous économiser beaucoup de temps dans votre travail.

DW : Merci Phil.

PB : Merci David.

Explication des termes et concepts